Lieux anecdotiques du métropolitain

Certains lieux désertés de toute fonction finissent par s’endormir sous une poussière pesante, laissant des traces d’activités anciennes qui ont fini par péricliter avec le temps.

Voici une petite illustration de ces endroits particuliers.

 La Cinquième voie de Gare de Lyon

La station de la Gare de Lyon est dès sa conception une station d’importance sur la première ligne du métropolitain. Elle dispose de deux quais centraux encadrés par les voies de chacune des deux lignes qui devait desservir la station, soient quatre voies. Le quai sud, plus court et desservant la future voie de raccordement vers la ligne 5 cache dans son sous-quai une cinquième voie qui était accolée à la voie côté pied-droit. Les deux voies ont la particularité d’être montées sur pilotis. Cette cinquième voie n’a jamais été achevée et sera recouverte lors des travaux de la station.

Construction de la station Gare de Lyon (cliché RATP)

Plan de 1903 de la station dans sa configuration définitive. Ce plan met néanmoins en évidence le raccourcissement du quai direction Vincennes et la présence d’un appareil de voie suivi de quelque mètres de voie. (J.Hervieu)

La voie du raccordement dans la station aujourd’hui. Bien que la voie ait été comblée en son milieu, elle repose toujours sur les supports d’origine en ciment surmontés de courtes traverses en chêne parallèles à la voie.

Le sous-quai renforcé par des maçonneries de différentes époques coupant le tracé de cette hypothétique voie. Les supports de voie sont bien visibles par endroit.

Détail des supports en béton ainsi que des traverses. Aucune fixation ni aucun tire-fond n’ont été montés. La traverse du bas dispose d’un emplacement pour l’isolateur support du 3éme rail.

  

Quelques vestiges de l’éclairage en 600 Volts.

Premier modèle d’isolateur pour le 3ème rail de forme ronde.

Cabine haute tension

Ces cabines haute tension permettaient de distribuer et de répartir vers les sous-stations du métropolitain les différentes arrivées haute tension venant des usines centrales. Elles sont situées dans les sous-stations, sous la voie publique ou dans les stations. Les usines centrales étaient celles de la compagnie Électricité de la Seine (usines de Saint-Denis et d’Ivry) et de l’UDE (Union De l’Électricité, usines de Vitry et d’Arcueil).

 Les anciennes chambres des sectionneurs épurées de tous les équipements haute tension.

Vestiges en 600 Volts d’éclairage et des interrupteurs pour la commande du chauffage des cellules.

L’arrivée des câbles 10000 Volts depuis l’usine de Saint Denis.

Le départ des câbles 10000 volts vers la sous-station Barbès.

Cette cabine dispose de plusieurs niveaux et d’un accès sur la voirie.

Voies des finances

La double voie de raccordement entre les lignes 1 et 5 à la Gare de Lyon servira de 1937 jusqu’à la suppression en Octobre 1967 de cette organisation, à l’approvisionnement en billets et au rapatriement des boites à finances. Ce service était assuré chaque soir par les tracteurs T.36, T.37 et T.38 empruntant l’itinéraire Quai de la Rapée, Place d’Italie, Étoile et Gare de Lyon. En 1957, c’est au tour des tracteurs à deux loges d’effectuer ce service avec des itinéraires plus complexes. Les manutentions étaient effectuées au milieu du raccordement par un quai accolé au pied droit du tunnel. Ce quai desservait deux cavages débouchant sur un tunnel parallèle à celui du raccordement. Ils étaient sécurisés par des portes renforcées, se déplaçant en translation sur roues. Ces portes protégeaient un petit quai de chargement pour un train en voie de 60. Cette voie se poursuivait juste que dans les sous-sols du siège de l’entreprise, quai des Grands Augustins. Cette voie aujourd’hui n’existe pratiquement plus. Seuls subsistent un quai au niveau du raccordement et quelques mètres de tunnel. Il existe peu d’information sur le matériel roulant, on peut néanmoins affirmer la présence de deux locomotives sur accumulateurs.

Tous les clichés en noir et blanc proviennent de la RATP et datent de Novembre 1967.

 

Ces deux clichés pris au même endroit permettent de visualiser l’ancien quai ainsi que les deux cavages dans le raccord.

Vues d’ensemble représentant le quai de chargement, deux locotracteurs N°1 et 2 (dans le fond), des wagonnets à plateaux bois, un levier d’aiguille pour la voie d’évitement et une des portes d’accès au raccord.

Le quai aujourd’hui, l’une des deux portes est toujours en place ainsi que la voie et même les WC !

Le locotracteur sur accumulateur N°1. La machine est similaire aux matériels miniers.

Gare de Lyon, personnel en charge des chariots spécifiques aux caisses à finances. Ces chariots disposaient d’un frein d’immobilisation, chose utile lors des transports dans les tracteurs et sur les trains à voie étroite. (RATP)

Les différents tracteurs pour le transport des finances avec la première série T.36 à 38. Voitures de 1912 M57 à 59 modifiées en 1937 avec une caisse renforcée. (G.Rannou)

La seconde série de tracteurs avec les motrices à double loge T49 à 54. 1965 (Meyères)

Lors des travaux Rue de Bercy, le petit tunnel se dévoile une dernière fois avant son injection.

 

Couloirs d’antans.

DSC_1899 (3)

 

Top