Séries E et F

ttg

 MF67 E

L GrenelleRame MF67E toute Neuve, Grenelle 1975. (Laforgerie)
Généralité
Une nouvelle série de MF67 est commandée à la fin de 1973, avec une dernière innovation essentielle: le freinage par récupération, le système JHR.
Le matériel MF67 E comprend 4 types de voitures:
– motrice avec loge de conduite de 2ème classe (M),
– motrice sans loge de conduite de 2ème classe (N),
– remorque de 1ème classe (A),
– remorque de 2éme classe (B).
Chaque rame est constituée de cinq voitures M + N + A + B + M, dites en « formation 2 » ce qui permet d’obtenir une composition à adhérence partielle.
La livrée différente des séries précédentes est de couleur bleu lumière identique à celle du MP73, mais sans macaron rond RATP.
Ce matériel est doté du dispositif de conduite manuelle contrôlée (CMC).
Le dispositif de conduite manuelle contrôlée CMC, totalement indépendant du pilotage automatique, introduit dans le modèle de sécurité deux dispositifs d’arrêt automatique:
– la veille automatique avec contrôle du maintien d’appui (VACMA),
– l’arrêt automatique AE.AU par répétition ponctuelle des signaux RPS.
Le but de ces deux dispositifs est de provoquer l’arrêt d’urgence du train en cas de défaillance du conducteur.
Ces trains étaient prévus pour la ligne 8 qu’ils fréquentèrent à partir du 14 Juillet 1975. 
La dernière circulation d’une rame Sprague-Thomson sur la ligne 8 a lieu le 30 Juin 1980. Les premières rames MF77 arrivent sur la ligne 8 la même année. Certains MF67 E sont passés sur la ligne 13. Suite à cette arrivée du MF77 sur la ligne, les MF67 E sont réaffectés en grande partie à la ligne 2.
Les MF67 E ont ainsi circulé sur les lignes 8, 13, 7bis, 2 et 10.
 
Le freinage électrique est dit « à récupération », ce nouveau système permet de réinjecter sur la ligne d’alimentation le courant généré par les moteurs de traction fonctionnant en génératrices lors des phases de freinage, au lieu de le dissiper en chaleur dans les rhéostats, comme c’est le cas sur les MF67 à freinage rhéostatique.
À cause de ce nouveau procédé, le rendement des freins électropneumatiques a dû être amélioré étant donné que la substitution des freins (passage du freinage électrique au freinage électropneumatique) peut survenir à des vitesses plus élevées que sur les précédentes séries dans le cas où « l’autorisation de récupération » n’est pas accordée.
 
La série MF67 E se compose de 282 voitures, 56 trains de 5 voitures M + N + A + B + M et deux motrices de réserve:
– 114 motrices avec loge M.10301 à M.10414,
– 56 motrices sans loge N.11301 à N.11356,
– 56 remorques de première classe A.13301 à A.13356,
– 56 remorques de seconde classe B.14301 à B.14356.
Les rames de la série E sont arrivée sur le réseau métropolitain par l’atelier de Vaugirard.
Le nouveau pupitre des MF67 E et F adapté pour un seul agent. Néanmoins, même si la clé « C » service des portes est sur le pupitre, la commande des portes est toujours sur les boitiers latéraux.

La caisse

DSC_2219

Les caisses de la série « E » sont uniquement fabriquées par la CIMT, et très similaires aux caisses des motrices bimoteurs produites par Brissonneau & Lotz.
La nouvelle livrée est bleu lumière et blanche et comporte un bandeau de séparation noir sous les baies vitrées. Les voitures de première classe « A » ne sont plus de couleur jaune, seul un bandeau jaune au dessus des baies vitrées permet de les distinguer.
L’intérieur des voitures est similaire à celui de la série « D ». Toutefois, le revêtement intérieur stratifié passe au gris très clair (Blanc assyrien), les porte-bagages sont supprimés, des supports de publicité lumineux installés et indicateurs de destination renouvelés.
Les banquettes sont en orange clair en seconde classe et vertes en première classe (mêmes couleurs que sur les séries précédentes et le MP73).
e
Rannou 304La rame 13304 fraichement arrivée sur la ligne 8, ce cliché permet une bonne vision d’ensemble d’une rame. Les toitures sont intégralement bleues. (G.Rannou)
R GrenelleDeux rames de séries différentes se côtoient à Grenelle. Ce cliché permet de bien différencier les deux livrées. (Laforgerie)
t
L 0176Ces deux clichés illustre la nouvelle livrée bleu roi adoptée par la régie. La première classe est beaucoup plus discrète avec une simple bandeau jaune. Gare de Grenelle en Janvier 1976. (Laforgerie)
DSC_1262La seconde livrée de ces matériels apparues au milieu des années 1990. (auteur)
  19L’intérieur du MF67E avec les banquettes vertes en première et oranges en seconde. (RATP)
DSC_0407En 2010, vers la fin du MF67 E sur la ligne 2. L’intérieur des rames avait très peu évolué depuis les années 1970. (auteur)

Les bogies

DSC_2250
Les bogies moteurs et porteurs sont similaires à ceux du MF67 C2; ils sont toujours fabriqués par ANF et équipés du moteur MF2.
Toutefois, quelques modifications mineures sont apportées aux bogies moteurs:
– les voiles des centres de roues bandagées sont différents et présentent une forme incurvée,
– chaque motrice « N » reçoit sur le bogie arrière un transmetteur « TMV », fournissant des indications de vitesse à un bloc de régulation électronique de freinage,
– chaque motrice « M » est équipée d’une poutre supportant un capteur RPS (Répétition Ponctuelle des Signaux). Ce dispositif a pour but de provoquer l’arrêt d’urgence du train en cas de défaillance ou de non-vigilance des signaux à vigiler,
– modification du montage des amortisseurs horizontaux et verticaux KONI,
– les berceaux des suspension secondaires sont devenus pendulaires,
– les butées transversales ont été changées afin de permettre, en « alignement », une nouvelle course transversale libre de la caisse de 25 mm par rapport à sa position médiane.
les cylindres de frein disposent d’avantage de puissance (pression de freinage plus forte que les séries précédentes),
Les porteurs ont juste les voiles des centres de roues bandagées différents et présentent également une forme incurvée.
 CSC_1217 Bogie ANF moteur type E, avec la protection du frotteur pour ligne aérienne. 2010. (auteur)
f183500208Bogie ANF porteur type E. 2009. (auteur)
 

 MF67 F

R1076 - 1Rame de la série F en attente à Grenelle, 1976. (G.Rannou)
 Généralités
C’est la toute dernière série de MF67, commandée en 1974. Le MF67 F se distingue par de nombreux points des autres séries surtout au niveau des bogies. Les derniers MF67 F sont reçus au début de 1978.
Le matériel MF67 F comprend 4 types de voitures:
– motrice avec loge de conduite de 2ème classe (M),
– motrice sans loge de conduite de 2ème classe (N),
– remorque de 1ème classe (A),
– remorque de 2éme classe (B).

Chaque rame est constituée de cinq voitures M + N + A + B + M, dites en « formation 2 » ce qui permet d’obtenir une formation à adhérence partielle.
La livrée bleu lumière est la même que celle du MF67 E.
Ce matériel est aussi doté du freinage électrique par récupération ainsi que du dispositif de conduite manuelle contrôlée CMC.
La longueur totale d’une rame est de 75,400 m, la largeur d’une voiture est de 2,400 m.
La hauteur nominale du plancher de chaque voiture par rapport au rail est de 1,05 m.
La traction de chaque rame est assurée par 6 bogies monomoteurs.
 
 
Ce matériel était destiné initialement à équiper à long terme les lignes 5 ou 12. C’est finalement la ligne 5 qui le reçoit après que les trains aient provisoirement évolué sur la ligne 13 lors de leur première mise en service le 30 Octobre 1976 et jusqu’au début de 1978, en prévision de la jonction avec la ligne 14. Le MF67 F à également circulé sur les lignes 7 et 7bis.
 
La série MF67 F se compose de 257 voitures, c’est à dire 51 trains de 5 voitures en formation « 2 » M + N + A + B + M, et de deux motrices de réserve:
– 104 motrices avec loge M.10501 à M.10604,
– 51 motrices sans loge N.11501 à N.11551,
– 51 remorques de première classe A.14501 à A.14551,
– 51 remorques de seconde classe B.14501 à B.14551.
Les rames de la série F sont arrivée sur le réseau métropolitain par l’atelier de Vaugirard.
  

 La caisse

CX

La caisse est construite par Alsthom (anciennement Brissonneau & Lotz) et SFB (Société Franco-Belge), la livrée est identique à celle du MF67 E, toujours sans macaron RATP.
La caisse ne comporte plus de lanterneau (ouïes de ventilation naturelle implantées sur toute la longueur du pavillon). En effet, c’est la première fois (hormis quelques prototypes dont la rame 12003) que l’aération est assurée par une ventilation forcée sur un matériel de série du réseau métropolitain. Le MF77 bénéficiera également d’une ventilation forcée. C’est pour cette raison que le plafond des voitures (ventilation et rampes d’éclairage) est très différent des autres séries.
Hormis le plafond et la présence de radiateur entre les banquettes, l’intérieur des voitures est similaire à celui du MF67 E.
 
La loge de conduite des motrices « M » est pratiquement identique à celle du MF67 E, hormis les équipements de commande et de contrôle de la ventilation et du chauffage du compartiment voyageurs.
 lL’intérieur du MF67 F avec les banquettes vertes en première et oranges en seconde. (Laforgerie)
DSC_1946Comme pour les MF67 E qui étaient sur la ligne 2, les « F » de la ligne 5 avaient l’intérieur du compartiment voyageur presque identique à leur livraison des les années 1970. (auteur)
DSC_0211Rame réformée abordant la livrée blanche et vert jade, Raccord 7/10 Juillet 2011. (auteur)
Modifications de la caisse
Pour la maintenance et le garage des MF67 F sur la ligne 5, un nouvel atelier situé à Bobigny est construit, qui remplace après le prolongement de la ligne 5 au Nord celui d’Italie.
Ce nouvel atelier est équipé d’une machine à laver et, pour rendre le matériel plus « compatible », en 1987 les rames subissent quelques modifications. Pour rendre les caisses plus étanches surtout au niveau des ouvertures, le passage des portes dans la double paroi au niveau des baies est isolé de l’extérieur, si bien que les petites vitres d’extrémité sont simplement obturées.
Les baies vitrées sont divisées en trois, la partie centrale étant coulissante.
Les résultats de cette modification sont ceux attendus, mais l’aspect esthétique laisse à désirer.
 DSC_1957La baie vitrée modifiée. (auteur)

Les bogies

 Les bogies sont du type monomoteur, fabriqués par MTE (Matériel de Traction Électrique) à suspension secondaire pneumatique qui préfigurent ceux du MF77. La motorisation est assurée par un moteur MF4 de TCO (Traction CEM Oerlikon) de 184 kW en régime continu et 194 kW en uni horaire monté longitudinalement sur le bogie.
 
Le bogie moteur, d’une longueur de 3,656 m et de 2,300 m de large pèse 7340 kg.
Le bogie porteur, d’une longueur de 3,640 m et de 2,250 m de large pèse 4400 kg.
 
Tous les bogies sont équipés de deux freins à disques (un par essieu) et de quatre freins auxiliaires (un par roue).
La liaison châssis de bogie-caisse est réalisée par une traverse de charge reliée au châssis du bogie par la suspension secondaire dans le sens vertical.
Cette suspension secondaire est pneumatique et assure partiellement la retenue transversale, cette dernière étant complétée par des butées élastiques. Des amortisseurs transversaux et verticaux augmentent le confort.
Dans chaque type de bogies des appareils auxiliaires sont montés en bout de boîtes d’essieux, comme le TGV (transmetteur général de vitesse), le TMH (transmetteur de vitesse) et le retour de courant.
Sur certaines voitures, les bogies sont équipés de sablières, de graisseurs de voie, du dispositif de dégivrage du 3ème rail, du pilotage automatique et du dispositif de conduite manuelle contrôlée CMC.
 
R - 2Le bogie moteur MTE . (G.Rannou)
k
Le bogie moteur sortant de l’usine MTE. (coll Jean Cuynet)
 
oiuyt
 
 Cliché de l’usine Aytré vers 1975 avec des MF67 F en bas à droite.
  Publication TCO liée à la série F.
Top